L’immobilier en Assurance-vie

SCPI, OPCI, SCI, Foncières côtées et autres UC immobilières

Définition

L’assurance-vie est aujourd’hui le placement préféré des français avec plus de 1 700 milliards d’euros d’encours (source Fédération Française de l’Assurance – Janvier 2019). La majorité des contrats disponibles à l’investissement sont dit « Multisupports », c’est à dire qu’ils permettent à l’investisseur de positionner son épargne sur des fonds en euros gérés par la compagnie d’assurance (capital garanti), et des unités de comptes (UC). Une UC peut être un OPCVM (FCP ou SICAV), une SCPI, un OPCI, une SCI  ou autre. C’est généralement un fonds géré par une société de gestion qui n’est pas l’assureur fournisseur du contrat.

Les avantages

    • Possibilité d’investir à partir de 1000 €
    • Flexibilité : arbitrages possibles en cours de vie du contrat
    • Choix important de supports au sein d’un même contrat
    • Un investisseur pour souscrire à plusieurs assurance-vie.
    • Fiscalité très avantageuse pour l’épargnant (plus de détail sur la fiscalité de l’assurance-vie)
    • Il est possible de retirer les fonds à tout moment*

Un projet ? Une question ?

Prenez rendez-vous avec un de nos experts

Liste des supports éligibles

  • Fonds euro à prépondérance immobilière (capital garanti)
  • Les SCPI
  • Les OPCI
  • Les SCI
  • Les SCP
  • Les OPCVM immobiliers
  • Les foncières côtées

Demandez une documentation

Les Frais

  • Les frais de gestion entre 0,7 % et 1,5 % selon les contrats et le mode de gestion choisi par l’investisseur.
  • Les frais de souscription ou d’investissement : les unités de compte immobilières comme les SCPI ou les OPCI présentent dans la quasi totalité des cas des frais.
  • Les frais d’entrées : peuvent être compris entre 0 % et 5 % selon les contrats d’assurance-vie. Consultez nous pour connaître toutes nos offres.

Fiscalité de l'assurance-vie

Fiscalité en cas de retrait

Le principe de l’assurance-vie est celle de la capitalisation des intérêts. Tous les gains réalisés restent investis au sein de l’enveloppe et n’engendre aucun impôt sur le revenu (IR) tant que les sommes restent investies au sein du contrat (NB : seul les prélèvements sociaux sont prélevés à la source sur les fonds euros et non pas sur les autres supports appelés aussi Unités de Compte ou UC). C’est uniquement en cas de rachat partiel (retrait d’une partie de l’assurance-vie n’entraînant donc pas la sa fermeture) ou total (clôture de du contrat) que les gains sont susceptibles d’être imposés. Nous allons voir comment.

Rachat partiel : 

Le montant retiré par le souscripteur est alors composé à la fois d’une partie du capital investi et d’une partie des gains (intérêts) accumulés grâce à la performance des supports sélectionnés. Seule la quote part correspondant à des intérêts est alors imposable.

Rachat total: 

Tous les gains générés sur l’assurance-vie sont alors imposables.

 Produits des primes versées jusqu’au 26/09/2017Produits des primes versées à compter du 27/09/2017
De 0 à 4 ansIR + PS ouPLF 35% + PS 17,2% = 52,20 %IR + PS ouPFU 30% (12,8% d’IR + 17,2% de PS)
De 4 à 8 ansIR + PS ouPLF 15% + PS 17,2% = 32,20 %IR + PS ouPFU 30% (12,8% d’IR + 17,2% de PS)
Plus de 8 ansVersements avant le 25/09/1997Versements après le 25/09/1997Produits issus de la fraction des Primes versées par détenteur < à 150 000 euros (ou produits générés par les versements à concurrence de 150K€)Produits issus de la fraction des Primes versées par détenteur > à 150 000 euros
Pas d’impôtsIR+PS ou PLF 7,5% (après abattement de 4 600 € pour un célibataire ou 9 200 € pour un couple marié/pacsé soumis à une imposition commune) + PS 17,2% = 24,70%IR + PS ou PLF 7,5% (après abattement de 4 600 € pour un célibataire ou 9 200 € pour un couple marié/pacsé soumis à une imposition commune) + PS 17,2% = 24,70%IR + PS ou PFU 30% (12,8% d’IR + 17,2% de PS) mais avec abattement (4 600 € pour un célibataire ou 9 200 € pour un couple marié/pacsé soumis à une imposition commune)

Les produits dégagés sont donc soumis :

  • Soit à l’impôt sur le revenu (par réintégration dans les revenus imposables du souscripteur) + Prélèvements sociaux
  • Soit au taux du prélèvement libératoire forfaitaire (PLF) + Prélèvements sociaux pour les versements avant le 26/09/2017 ou au taux du prélèvement forfaitaire unique de 30 % (PFU) pour les versements réalises à compter du 27/09/2017.

Le souscripteur choisit le mode d’imposition le plus interessant en fonction de sa situation fiscale.

 

Bon à savoir :

Les produits sont exonérés de fiscalité lors du dénouement du contrat dans certains rare cas comme le licenciement par exemple sous certaines condition. Pour plus d’information contacter nos experts

Les contributions sociales sont prélevées au moment du dénouement du contrat (rachat total, règlement au terme ou en cas de décès), en cas de rachats partiels, ainsi que chaque fin d’année sur les supports euros du contrat et en cas de désinvestissement total de ces supports ou arbitrage.

Fiscalité en cas de décès de l'assuré

Tout souscripteur d’un contrat d’assurance-vie désigne au moment de l’investissement le ou les bénéficiaire(s) du contrat en complétant obligatoirement une « clause bénéficiaire ». Au moment du décès de l’assuré (qui est en général le souscripteur lui-même), la compagnie d’assurance procédera au versement du capital et des intérêts capitalisés au(x) bénéficiaire(s). Le montant alors versé sera net d’impôt. En effet, la compagnie d’assurance prélèvera à la source la fiscalité qu’elle versera directement à l’administration fiscale. Cette fiscalité dépendra de l’âge du souscripteur au moment où le ou les versements ont été effectués en cours de vie du contrat.

 

 Voici un tableau présentant la fiscalité pour les Primes versées après le 13/10/1998
Avant les 70 ans de l’assuréAprès les 70 ans de l’assuré
Article 990 IArticle 757B
TaxationAssietteCapitaux perçus au titre des primes diminues d’un abattement de 152 500 euros par bénéficiaireMontant des primes versées diminue d’un abattement global de 30 500 euros
Taux20% pour la tranche taxable du capital décès ≤ a 700 000 € par bénéficiaireSelon le lien de parenté qui existe entre l’assure et le bénéficiaire (Droits de mutation par décès)
31,25% pour la tranche taxable du capital décès > a 700 000 € par bénéficiaire

Sont exonérés de tout droit de succession et de taxe sur les capitaux décès :

  • le conjoint de l’assuré décédé,
  • le partenaire lie à l’assure par un PACS,
  • le frère ou la sœur célibataire de l’assuré décédé, veuf, divorce ou séparé de corps âge de plus de 50 ans ou infirme et vivant depuis plus de 5 ans avec l’assure.